Archive de la catégorie ‘Méthode Créative’

Méthode Créative: conclusions

Mardi 8 novembre 2022

2022 Documents Manuscrits - classeur

Déjà à la fin de l’année dernière, je m’étais mis en retrait par rapport à Amazon et aux publications, retournant sur mon blog, et j’ai consacré 2022 à passer en revue ma méthode d’écriture, de A à Z, des formats les plus simples/idées de départ aux travaux les plus aboutis.
Poser ça tranquillement sur ma page Emachan.fr, histoire d’avoir une démonstration claire et complète.

Je vais ici résumer un peu mon cheminement.
- Préparation: avant de commencer un travail, garder du temps/de l’espace pour se nourrir, des loisirs, films, lectures… tout ce qui pourra servir mes projets, quand viendra l’impulsion.
Sélection: choisir un projet, une orientation, ce que j’ai envie de faire à un moment donné. Parfois je me lancerai dans des idées 100% originales, mais dans d’autres cas, s’appuyer sur des documents de jeunesse, le sujet qui m’attirera plus que les autres et me permettra d’aller où je veux, de m’exprimer.
Format Court: un synopsis, un texte, un recueil. Suivant mon envie, mais si je préfère par exemple passer par un résumé, des notes et évoquer des souvenirs, cela impliquera forcément de revenir plus tard pour proposer une versions plus propre, en prose, un récit plus définitif.
Un recueil d’après des titres, une feuille, un sommaire, des références. Parfois avec un gros projet/archive, un manuscrit et beaucoup de notes je pourrai résumer l’histoire en juste quelques paragraphes ou alors exploiter mes idées à travers toute une série de récits brefs.
Vraiment, ce sera à considérer au cas par cas.
Pour un gros scénario de jeunesse avec beaucoup de notes un peu éparpillées, passer par un recueil de séquences encore relativement indépendantes pourra être un moyen de mâcher un peu le travail, défricher le terrain tout en gardant mon idée globale bien en tête. Un sommaire avec de petits épisodes avant de passer à la suite.
Format Long: si un texte ne suffit pas à épuiser une idée, si j’ai encore envie d’y revenir, un sujet qui me hante véritablement, qui ne quitte pas malgré le temps qui passe, alors rebondir avec un scénario augmenté et une version plus aboutie, nouvelle, roman… autant de versions que nécessaire.
Bien sûr ce sera une question de temps, et je ne pourrai pas être partout à la fois. Tous les concepts ne mériteront pas autant d’attention, ne seront pas aussi personnels. Il faudra quelque chose de plus pour avoir envie de développer une nouvelle, y revenir plus en profondeur/en détail.
Avec pourquoi pas plusieurs versions, jusqu’à se sentir pleinement satisfait.

P1100514D

Durant l’année, j’ai posté des exemples pour chaque étape, du plus simple au plus abouti, les récits longs étant au sommet de la chaîne, en bout de processus, nouvelles courtes ou longues, v1, v2, romans, pourquoi pas séries, suites… la porte restera ouverte à tout instant pour revenir creuser un sujet intéressant.
Sur la dernière étape des récits longs, je ne mets pas d’exemple concret contrairement aux fois précédentes.
J’ai réalisé quelques essais dernièrement et des manuscrits amorcés cet été dans le cadre du concours des Plumes Francophones.

2022.11 Méthode Créative - essais

Transformer mes textes en nouvelles, reprendre mes vieux projets d’enfance et les matérialiser enfin comme je le souhaitais à l’époque, je tiens à laisser cette partie ouverte, que le rêve reste encore un rêve à atteindre au loin, un objectif encore non assouvi qui me permettra d’avancer, jusqu’à ce que je sois prêt.
Et avant de réaliser ce fantasme de jeunesse, faire plein de trucs plus modestes (avec mes archives) en cours de route.
L’avenir est encore très mystérieux, incertain, on verra bien où cela nous mène.
Mais j’espère garder l’inspiration et la passion, comme au tout début.

Fin de ce blog qui aura duré entre 2012 et 2022.
La suite à trouver ici:
https://emachanworlds.wordpress.com/

BROKENLAG (Archive/Recueil)

Vendredi 16 septembre 2022

Brokenlag visuel1A

Déjà quelques nouvelles pour commencer: cet été je me suis concentré sur un concours parrainé par Amazon, Les plumes francophones, à travers divers projets, sujets, manuscrits… Même si c’était un peu trop prématuré d’espérer passer de mes précédentes publications courtes, recueils/textes vers un long récit romanesque, je me suis au moins servi de cette opportunité/cette excuse pour mettre sérieusement le nez dans mes documents de jeunesse. Attaquer des idées que j’avais gardées plus durablement en mémoire, et aussi pousser quelques titres vers des résultats un peu plus longs, sur quelques chapitres en plusieurs séances, ce que je n’avais pas fait depuis longtemps, ou trop maladroitement.
D’une certaine manière, j’ai continué les expériences créatives et le fait d’installer ma méthode, des formats les plus courts aux plus longs, ce que j’avais amorcé en tout début d’année 2022, avec l’envie d’utiliser enfin mes documents « perdus ».

Et là je passe à du concret, la suite de toutes ces aventures, avec un recueil de textes courts entièrement basé sur une archive, un vieux carnet. Le fameux Brokenlag

2013-2014 Carnet Oxford Gris (Archive scan3B)

Le résultat de ces efforts, c’est un ensemble de 15 textes récents tirés de mes notes ou idées de l’époque, des trucs que j’avais consignés dans cette fourniture.
Je n’ai ici exploité que 4 pages pour l’instant, mais cela m’a permis de me faire la main, et revoir toutes les étapes principales, de la sélection initiale dans mes étagères, la sauvegarde, au fait de rédiger des histoires complètes pour que ça forme un tout cohérent. Tenir compte de ce que j’avais noté à l’époque, il y a presque 10 ans, avec aussi mon envie d’aujourd’hui.

Pour le moment, j’ai choisi de poster ce travail sur mon blog, en libre accès et en version brute. Les éventuelles fautes d’orthographes ne sont pas corrigées, pas de retouches, mais les histoires sont assez abouties, au moins dans leur version courte.
Sur le déroulé de ma méthode, j’ai un peu perdu le fil, sachant que j’ai pas mal réorganisé en chemin pour des raisons d’efficacité, certaines étapes totalement déplacées. Ecrire des synopsis me pose toujours certains problèmes, même si je poursuivrai à l’avenir car j’adore cette démarche, mais cela épuise mon propos, ma motivation, et ensuite j’ai dit en résumé ce que j’avais à exprimer, je n’arrive plus à replonger dedans ou alors seulement après une longue pause.
Du coup, je passe ici directement de l’archive à la prose, au fil de la plume, sans aucun détour.

Le résultat est là. Appelons ça l’étape 5B, sauf qu’à la place d’un texte isolé, d’un essai ponctuel (voir janvier-février), j’ai produit directement tout un sommaire. Un fichier qui pourrait donc finir en livre numérique ou imprimé: ce qui viendra très prochainement.
Cliquez ci-dessous pour profiter en ligne ou alors à télécharger librement. Bonne lecture.

fichier pdf BROKENLAG recueil (montage non-corrigé)

Brokenlag - making of P1100196

.

Et juste ici vous trouverez un petit instrumental inédit accompagnant ce sommaire

https://www.youtube.com/watch?v=rC9egjiVqJY

Brokenlag YT2C (720)

Retour aux textes

Mardi 14 juin 2022

2022 Archives Essais (montage1)

Romane déposa son sac (trop lourd) au pied du rocher…
[une dernière phrase pour un potentiel texte ou manuscrit que je n’avais même pas notée, totalement démotivé]

Depuis un an et spécialement au premier semestre 2022, je me suis efforcé de reprendre mes documents de jeunesse, et les présenter, les faire évoluer.
L’idée, c’était non seulement d’utiliser des tonnes d’histoires mises de côté, les exploiter, et aller vers des manuscrits plus ambitieux.
Etant ado, j’ai toujours eu le fantasme d’écrire, mais surtout de devenir romancier dans le sillage des œuvres ou auteurs que j’admirais: les volumes de la Bibliothèque Verte, Michel, les Stephen King… et tant d’autres.
Quand j’avais 15-20 ans, je n’ai jamais réussi à transposer ce que j’avais en tête vers la page de manière satisfaisante. Des moyens limités, manque d’expérience, autre époque et trop jeune… des tas de raisons. 
Presque 20 après, l’objectif c’était de voir déjà si j’avais vraiment envie de reprendre mes vieux scripts, récits inachevés, si ça ferait sens, et puis éventuellement de m’aventurer sur un format plus ambitieux, tester mes limites.
Cela a parfois donné des résultats intéressants, parfois ça n’a pas fonctionné, ou alors très lentement, péniblement. D’une façon ou d’une autre, que ce soit une réussite ou un échec, j’avais besoin de me confronter à tout ça encore une fois, avec plus de maturité, d’expérience.
Il y a avait aussi le vieux fantasme des concours littéraires: ado ou jeune adulte, j’avais rêvé d’inscrire une nouvelle, et peut-être percer dans ce milieu, trouver ma voie. Ce qui ne s’est jamais réalisé.
Encore une fois, mes capacités étaient bien trop restreintes.

Depuis 2021, j’ai vraiment mis de plus en plus l’accent sur des travaux longs, pioché dans mes cartons pour y trouver de la matière et développer.
Quelques publications en prenant des sujets très brefs et les prolonger, les mettre en place sous forme de synopsis, avec notes, résumés (S/A1, S/A2, et le volume 3 des Synopsis/Archives qui n’est jamais sorti).
Mais je restais dans un cadre assez étriqué: avant d’y consacrer plus de temps, d’y passer peut-être des mois, je devais savoir si installer des titres/concepts menait quelque part, si vraiment j’y reviendrais un jour.
Car ça ne valait pas le coup de passer des années à amorcer des récits pour ne jamais y remettre les pieds, et se rendre compte que je n’avais pas spécialement l’énergie, le désir ou les compétences pour aller vers des romans.

Doucement, je suis revenu sur mon blog pour des expériences diverses plus discrètes.
Puiser dans des fiches et présenter ça aussi bien à l’écrit qu’en audio/vidéo, composer des thèmes pour illustrer mes histoires, installer aussi mes histoires/concepts sur d’autres supports (avec Youtube), toujours pour enregistrer, sauvegarder et un jour y replonger… peut-être.
Après janvier, j’ai commencé à développer des scénarios un peu plus étoffés, voir si je parvenais à convertir mes résumés en textes mieux tournés, avec le style en plus et d’autres détails.
Installer une méthode créative pour parvenir à reprendre un jour mes plus gros dossiers de jeunesse, les projets qui alors me tenaient à cœur .

Je passe des étapes, et j’arrive au début de l’été 2022, après de nombreux travaux que je n’ai pas mis en ligne.
D’avril jusqu’à juin, j’ai poursuivi mes expériences mais cette fois-ci dans le cadre de quelques concours, pour cumuler plusieurs objectifs m’ayant toujours fait rêver. Des vieux trucs inachevés, m’ôter cette frustration. Ne rien regretter. 
D’abord un défi à petite échelle… où j’avais une histoire, un texte, mais j’ai laissé passé la date sans insister vraiment.
Puis le concours Amazon KDP – Les plumes francophones, qui est toujours ouvert à l’heure actuelle, puisque la date limite ne sonnera que fin août.
J’ai accumulé pas mal de travaux, des pages d’après archives, des résumés que j’ai ensuite relus et convertis en textes courts… mais toujours pas de véritables nouvelles. Une phase aussi bien excitante que chaotique.
Je commence des histoires, en notes ou avec des phrases plus précises, et sitôt que j’ai exprimé ce que j’avais à l’intérieur, cerné l’intrigue dans sa globalité, vu où ça allait, je m’en désintéresse, je passe à ‘autre chose, je décroche.
Ce phénomène se produisait déjà il y a des années, et je n’ai pas changé. Ne pas être capable de fixer mon attention dans une seule direction, une seule fiction. Je compose toujours comme je rêve. 

La conclusion est simple: si j’avais vraiment eu envie d’écrire sur des formats plus larges, passer des semaines sans interruption sur un sujet en particulier et que ça doive aboutir, je l’aurais fait il me semble depuis longtemps. J’aurais insisté, relu et perfectionné, ça aurait fini par s’imposer naturellement… mais là je sens que plus j’insiste moins ça a de sens, plus je force et plus je m’éloigne. Les mêmes sensations étranges et désagréables à la longue que lorsque j’étais plus jeune: au début ça m’amuse, je suis excité/inspiré quand je pose une idée générale, un récit dans ses grands axes,  puis de moins en moins quand il s’agit de détailler et ça devient juste pesant, étouffant.

Ma perspective a changé, ces travaux n’auront donc pas été inutiles.
Déjà, j’avais envie de retravailler sur des scénarios, y passer un peu plus de temps, m’immerger durant des semaines dans certains documents, et je l’ai fait, bien que ça n’ai pas donné exactement le résultat escompté.
Le concours Amazon, qui court toujours, là encore même s’il y a peu de chances au final que j’envoie quoi que ce soit car les romans ne cadrent pas avec mon besoin de changer constamment, de me démultiplier, écrire de la fiction comme on créer des playlists, des albums… au moins j’aurais vécu un peu cette aventure. Et je vais laisser une petite fenêtre ouverte jusqu’à la fin de l’été, même si ça me semble de moins en moins probable.
Comment je vois les choses à présent? Mes archives de jeunesse seront d’autres sources tout simplement dans lesquelles je pourrais aller puiser, à ranger au même titre que mes lectures, les films que je vois, des histoires anciennes à reprendre éventuellement mais sans forcer, à traiter frontalement ou alors de quoi s’en inspirer vaguement, à évoquer en mode souvenir. Disons que je n’en ferai pas une priorité absolue comme je le pensais à une époque.
Les longs récits, nouvelles, romans… là encore je ne ferme pas cette porte, mais ça se fera plus au cas par cas, au hasard, si par exemple j’ai envie de revenir sur un texte, donner une suite à un univers, retrouver des personnages à l’occasion d’un autre recueil, pourquoi pas même des années plus tard. Ne pas forcer une continuité, être beaucoup plus libre dans ma volonté ou non de prolonger un propos, développer une histoire/retrouver des figures familières seulement si l’envie s’impose d’elle et dans le cadre court qui me convient toujours. Des recueils et des textes. A chaque coup avec un point de départ et sa propre conclusion au bout de quelques paragraphes. Chaque session complète, donnant naissance à un résultat concret/entier sans avoir l’obligation d’y revenir ultérieurement. 1 séance = 1 récit. 

Les travaux récents que je n’ai pas postés, et dont on peut apercevoir quelques extraits en images, je les garde toujours sous le coude à l’heure actuelle. Mes pensées sont encore un peu embrouillées, je manque de recul et je préfère laisser passer l’été, la date limite du concours.
Forcément, des années à s’imaginer auteur de romans, ça marque, ça s’incruste, et il faudra du temps avant de me libérer de cette fausse piste. Me désintoxiquer de ce rêve qui n’est pas pour moi, qui ne cadre pas avec mon caractère. Le maximum que je pourrais un jour envisager, c’est de compiler des textes reliés à un même univers, et que j’aurais accumulés aléatoirement au fil des années et des recueils. Rassembler éventuellement des textes indépendants mais tous connectés à une archive spécifique, tournant autour du même héros ou scénario. 
Si après août mes craintes/intuitions se confirment vraiment et que je reste définitivement hors des longs récits dans 99% des cas, plutôt évoquer mes archives occasionnellement et encore une fois sous forme de textes directs, peut-être que je reviendrai dévoiler ici ces montages inédits, ces brouillons, et réaffirmer mes conclusions, cette démonstration avec plus de clarté.
Les « vacances » ne sont pas encore terminées.
J’ai hâte de retrouver ma motivation là où je me sens pleinement à l’aise, écrire dans le cadre qui me correspond, faire ce pour quoi je suis fait, inventer des histoires multiples, trouver des concepts et publier des sommaires variés. Ce que j’ai toujours pratiqué sans en avoir forcément conscience, depuis le départ, que ce soit en privé, sur mon blog ou Amazon. 
Capter à chaque fois un moment, une période retranscrite à travers des dizaines de textes, et des couvertures. Prendre une photo d’un point précis dans mon parcours, mes pensées, mes envies, mes doutes à un instant T. 
C’est juste que mes archives rejoindront la liste des options possibles, d’autres sources d’inspiration. Mais les recueils c’est définitivement ça mon style et j’avais besoin d’aller aussi loin que possible, hors de ma zone de confort, avant d’y revenir et de le réaffirmer.

20022 Archives Essais (montage2A)

Photo 1: sommaire pour volume inachevé Mes Angles Morts synopsis/textes, documents, autres titres et croquis pour récit Flag
Photo 2:The Body Western (à gauche), portrait La jeune fille de paille (à droite)

Etape 7: Ouverture

Mardi 15 mars 2022

Etape7 - ouverture (P1060375+)

Une fois que le sujet est choisi, le résumé global posé, avec assez de notes réunies, il est temps de s’attaquer au récit en format prose.
D’abord par un texte court, indépendant, puis en attaquant une version plus avancée, plus complète.
Une ébauche ou nouvelle, premier manuscrit qui commencera par une page d’ouverture: des paragraphes essentiels car ils vont donner le ton, mettre en place un socle qui doit coller avec le scénario, les éléments déjà envisagés, et sur lequel s’appuiera tout le processus de rédaction à venir.
Démarrer juste est donc vital. Tant par le contenu que par le style. 
Si nécessaire, repasser le script dans sa tête puis relire toutes les informations, jusqu’à entendre un déclic, que quelque chose se déclenche, une première phrase qui sonne ou un dialogue… et ensuite dérouler le fil. Mot après mot, ligne après ligne, suivre son instinct et son fil rouge. 

Photo ci-dessus: 2020 1ères Pages, des récits originaux amorcés, REVWALK journal avec là encore une page d’ouverture, et puis sous protection plastique, un vieux manuscrit de jeunesse tapé à la machine, vers 1994, intitulé Bois Mort.
Plus bas: 2016, courte période avec tout un projet consacré à des débuts de récits, un recueil inédit baptisé Monstrorama

Etape7 - ouverture (P1060388+)

Etape 6: Développement

Lundi 7 mars 2022

Etape6 - Développement (P1060282)

Une idée récente ou ancienne, des notes en plus ou moins grande quantité et parvenir à un résumé simple, un premier texte.
Voilà par quelles étapes je tente de passer à présent.
Une fois cette présentation initiale effectuée et une incursion timide dans la fiction, nourrir le projet de diverses manières: préciser le scénario, la structure, ajouter d’autres références, scènes, des extraits ou autres textes brefs.
Visualiser avec des photos, donner un visage aux protagonistes, étendre le casting. Pourquoi pas des esquisses, quelques illustrations ou concepts pour avoir une meilleure vue d’ensemble, un plan de plus en plus net.
Savoir comment sa démarre, les passages essentiels, le squelette du récit, et la possible conclusion déjà. Un fil rouge et des éléments qui m’aideront à suivre mon chemin, ne pas me perdre durant une phase de rédaction.

A ce stade, c’est encore très brut, avec un vocabulaire très basique (pauvre), des maladresses, mais le principal c’est d’obtenir un projet vivant, donner un cœur à cette machine naissante, que ça prenne corps et commencer à s’attacher suffisamment pour avoir envie de connaitre tout le déroulement, revivre encore cette intrigue en plus fort. Que l’ensemble tienne debout et en tomber déjà amoureux. 

Ci-dessus: quelques exemples de projets à divers stades, mais déjà suffisamment marquants, assez fournis, comme Revwalk en 2020 (journal créatif), ou des manuscrits jamais utilisés jusqu’à présent,  un western entre 2001 et 2003 (chemise orange), Ex-pilote (chemise bleue), Gun Princess (chemise jaune) titre pour lequel j’avais déjà publié une illustration au démarrage de mon blog, et dont voici un portrait inédit. 

Plus bas: Toujours Revwalk, et d’autres manuscrits de jeunesse comme Je suis le glaive (notes, croquis à gauche + personnage), Plan du récit 1999 Greenland (chemise verte à droite).
Dernière photo: images de référence, photos de cinéma (
The Faculty pour nom de mon héroïne inspiration), pages manuscrites/éléments de récit. 

Etape6 - Développement (P1060292)

Etape6 - Développement (P1060295A)

123